"Il faut mettre un point d’arrêt à cette mode du suicide"

Je reviens sur cette petite phrase qui n’est certes pas passé inaperçue, mais qui démontre assez justement l’écart qui existe entre le sommet et la base de la pyramide, dans le monde du travail. A l’issue d’une heure d’entretien avec le ministre du Travail Xavier Darcos, le PDG de France Telecom déclarait la semaine dernière qu’il était urgent de mettre un « point d’arrêt à cette mode du suicide qui choque tout le monde ». J’ai beau réfléchir, je ne comprends pas comment une personne peut parler de la sorte quand, dans l’entreprise qu’il dirige, plus d’une vingtaine de personnes se sont données la mort. Beaucoup ignorent aujourd’hui combien d’hommes et de femmes sont en grande souffrance dans leur travail.
Comment faire face en effet au surcroit de travail, aux mépris de ses supérieurs. Le travail est devenu un enfer pour de nombreux salariés. Je l’explique, en partie, par le chamboulement issu des nouvelles technologies, monsieur le PDG de France Télécom. Aujourd’hui, les outils que nous utilisons nous permettent d’aller toujours plus vite. Il suffit de prendre l’exemple du téléphone mobile. Nous ne supportons plus de ne pas avoir une réponse quand nous cherchons à joindre quelqu’un. Comment protéger sa vie quand nous sommes joignables à tout moment et que notre interlocuteur peut confirmer qu’il vous a bien laissé un message sur votre répondeur. Comment affirmer que vous n’étiez pas informés. Il est toujours possible de dire que votre mobile était éteint ou déchargé mais vous en conviendrez cela revient à repousser le problème.
Alors, je crois sincèrement que lorsque l’on dirige France Télécom dont la filière Orange vend des millions de mobiles qui révolutionnent notre quotidien, il convient d’être encore plus prudent dans ses déclarations. Je n’ose imaginer comment les familles des victimes ont ressenti la déclaration de Didier Lombard sur « mode du suicide ».

Laisser un commentaire